Penser à demain en faisant face à aujourd'hui

Message des présidentes et directrices
Du Y des femmes et de sa Fondation

Aller aux besoins essentiels

Parler de l’année 2019-2020, c’est à la fois se rappeler les moments porteurs d’avenir et les moments exigeant plus que jamais d’être agiles et pertinentes. Comment en parler sans aborder de front la pandémie qui a secoué la planète entière, rendant encore plus vulnérables toutes celles pour qui le Y des femmes de Montréal travaille sans relâche depuis 145 ans? 

La fermeture soudaine de nos activités d’autofinancement (hôtel, auberge, boutique) a créé une pression financière inouïe sur les opérations courantes de l’organisme et sur notre capacité à maintenir sinon les services, à tout le moins les liens avec nos participantes fragilisées par la précarité financière, sociale et psychologique engendrée par la pandémie. Et s’est ajoutée la nécessité d’implanter le travail à distance malgré une infrastructure technologique désuète. Un défi majeur qui a sollicité – et démontré – la faculté d’adaptation de notre personnel et de notre organisation, pourtant affaiblie par une dizaine de mises à pied temporaires et bon nombre d’employé.es qui ont vu leur semaine de travail réduite à 28 heures/semaine.

Pendant ce temps, la Fondation Y des femmes, plus solidaire que jamais, a pu constater l’ampleur de la mobilisation et l’élan de générosité dont ont fait preuve ses alliés, nombreux à répondre à l’appel pour soutenir le Y des femmes de Montréal en ce temps de crise. La Fondation réalisait ainsi un objectif stratégique important pour lequel elle a travaillé fort ces dernières années, soit de consolider ses liens avec ses donateurs.  Il va sans dire que cette stratégie demeure au cœur de ses priorités.

En parallèle, les besoins des femmes et des filles les plus vulnérables, eux, allaient croissant. Un service d’hébergement d’urgence a pris place dans les chambres fermées aux touristes, des services de soutien psychologique, d’information juridique et de counseling professionnel à distance ont été déployés et des initiatives numériques pour garder contact avec le public jeunesse ont vu le jour. Le conseil d’administration du Y des femmes a d’ailleurs adopté un plan stratégique de transition en mai dernier, illustrant une fois de plus l’agilité de l’organisme qui pourra ainsi offrir une réponse encore plus adaptée aux besoins émergents.

 

Innover, une seconde nature

Si la COVID nous a forcées à nous réinventer, le Y des femmes, fidèle à sa tradition, a su innover tout au long de l’année pour mieux répondre aux besoins des femmes et des filles. Notons à cet égard le prix Innovation remis par AXTRA pour l’initiative Tu viens d’où?, une expérience de réalité virtuelle permettant de mettre en lumière les difficultés vécues par les femmes immigrantes en recherche d’emploi.

L’équipe des services jeunesse s’est quant à elle illustrée en jouant un rôle de premier plan dans le projet Maillage, visant à prévenir l’exploitation sexuelle chez les jeunes. Par le biais d’une plateforme collaborative, Maillage cherche à resserrer le filet de sécurité autour des jeunes en favorisant la collaboration et le partage d’expertise entre des milieux aussi divers que l’école, les services de police, le milieu communautaire et celui de la santé et des services sociaux.

Pour renforcer sa capacité d’innovation et de financement, la Fondation Y des femmes a formé entre autres un comité de travail pour réfléchir sur les manières d’adapter l’événement Prix Femmes de mérite, son événement signature, alors que les rassemblements semblent appartenir à nos souvenirs. La Fondation dévoilera sous peu un modèle hybride qui s’échelonnera de l’automne 2020 à l’hiver 2021.

Prendre la parole avec elles et pour elles

Au cours de la dernière année, le Y des femmes de Montréal n’a pas hésité à rappeler aux décideurs et au grand public les inégalités auxquelles font encore face les femmes et les filles. Car faire valoir haut et fort les besoins des femmes et des filles autour des enjeux d’égalité, de non-violence et d’inclusion sociale et de genre représente à nos yeux une façon concrète de bâtir un avenir meilleur.

À ce titre, notons les trois campagnes de sensibilisation à la violence faite aux femmes menées sur diverses plateformes numériques, grâce à la créativité de l’agence FCB, le dépôt du mémoire « Pour un Québec libre d’exploitation sécuritaire et sans violence pour les femmes et les filles » défendu dans le cadre des consultations du gouvernement provincial sur l’exploitation sexuelle des mineures, la publication de lettres ouvertes dans les quotidiens autour de l’enjeu des violences systémiques et de la crise du logement, une crise qui, faut-il le rappeler encore une fois, n’est pas à la veille de prendre fin. Enfin, soulignons la campagne de tweets menée lors du dernier débat des chefs en marge des élections fédérales afin d’interpeller les candidats et de les sensibiliser à l’impact de diverses propositions sur les femmes et les filles.

Le regard tourné vers l'avenir, toujours

Malgré les bouleversements et l’incertitude des derniers mois, le Y des femmes et sa Fondation ne perdent pas le cap et regardent droit devant. Ainsi, le projet d’envergure annoncé l’an dernier, dont l’objectif est de développer une nouvelle offre de services adaptée aux besoins d’aujourd’hui et de demain au sein d’un nouvel immeuble, connaît des développements encourageants.

Plusieurs partenaires de premier plan se sont greffés au projet, lui assurant ainsi de prendre son envol au moment opportun. Les détails du grand plan d’avenir du premier organisme pour les femmes à Montréal seront d’ailleurs dévoilés sous peu.La Fondation Y des femmes prend une part active à la concrétisation de ce projet porteur, et les stratégies mises en place au cours de la dernière année sont fondées sur une vision d’avenir, celle de devenir le principal bailleur de fonds du Y des femmes de Montréal.

Jamais seules

Grâce à l’engagement combiné des membres des deux conseils d’administration, plus solidaires que jamais, le Y des femmes et sa Fondation envisagent l’avenir avec optimisme. Nous avons la conviction profonde que cette collaboration étroite couplée à l’énergie de chacune des parties prenantes tracera la voie vers l’atteinte des objectifs fixés, permettant à l’organisme de déployer toute son énergie pour bâtir un avenir meilleur, chaque jour, pour toutes les femmes et les filles.

Nos remerciements vont à toutes les employées du Y des femmes de Montréal et de la Fondation, aux bénévoles et aux membres des deux conseils d’administration. Et en ces temps inédits, prenons acte de l’engagement de chacune et chacun pour poursuivre la mission du Y des femmes de Montréal.

ISABELLE LAJEUNESSE

Directrice générale
Fondation Y des femme

ÉDITH CLOUTIER

Présidente du conseil d’administration
Fondation Y des femmes

LOUISE POIRIER

Présidente du conseil d’administration
Y des femmes de Montréal

MÉLANIE THIVIERGE

Présidente-directrice générale
Y des femmes de Montréal