Services à la collectivité

Favoriser le bien-être personnel et collectif

Des programmes variés pour répondre à des besoins souvent urgents, souvent criants, que ce soit pour les femmes de la communauté immédiate ou à plus vaste échelle dans toute la région métropolitaine

Plus de 1240 personnes ont bénéficié des différents services et activités offerts à la collectivité.

Enjeux

Plusieurs facteurs gravitent autour des pôles principaux du quotidien que sont le logement, le travail, les études, la santé, la vie familiale, les relations interpersonnelles, etc. Ces facteurs affectent grandement la qualité de vie ou la possibilité d’agir sur cette qualité de vie.

Au Québec, près de 60 % des proches-aidant.es sont des femmes et 40 % des femmes âgées entre 45 et 65 ans sont proches-aidantes.1 Celles qui sont en emploi sont à risque de s’absenter du travail, de réduire leurs heures de travail ou de devoir quitter leur emploi puisqu’elles doivent s’occuper d’un proche.2 La pandémie et l’isolement social ont brusquement accru la solitude, l’épuisement et l’anxiété auxquels font face les proches aidant.es.
En ce qui a trait à l’accès à la justice civile, le Canada se situe au 9e rang sur 38 pays à revenu élevé.3 Les sondages démontrent que la population ne semble plus avoir confiance au système judiciaire, ce qui se traduit par un nombre croissant de personnes qui se représentent elles-mêmes en cour. Trop lente, trop coûteuse, trop complexe et lointaine : telle est l’image de la justice entretenue par les citoyen.ne.s.4
La population du quartier Peter-McGill est majoritairement composée de personnes seules et 62 % des résidents ne sont pas nés au Canada.5 L’isolement, le besoin de créer des liens et le manque de ressources familiales et communautaires sont des enjeux majeurs6, tout comme la pauvreté qui affecte plus de 38 % des enfants âgés de 0 à 17 ans.7

Au Québec, 66 % des bénévoles estiment que leur bénévolat les a aidés à accroître leurs compétences (cette proportion monte à 86 % chez les moins de 35 ans et à 77 % chez les immigrants) et 29 % affirment que leur bénévolat les a mis en contact avec des employeurs potentiels. Le bénévolat est une bonne porte d’entrée pour perfectionner les compétences et intégrer le marché du travail.8

Nos programmes

Des services et activités diverses qui permettent aux femmes et aux familles de la collectivité de créer des liens, de briser l’isolement, de prendre soin d’elles-mêmes, de connaître leurs droits, d’obtenir du soutien, de l’accompagnement, du répit et de l’information sur divers sujets.

0

femmes

Soutien aux proches aidantes

Le rôle d’aidante est exigeant. Notre équipe d’intervenantes offre du soutien individuel et en groupe, des activités sociales et de bien-être, de même que des ateliers et conférences visant à faciliter la vie et augmenter le pouvoir d’agir des personnes aidantes.

0

femmes

Développement personnel, santé et bien-être

Programmation d’ateliers et d’activités physiques, d’expression créative et d’apprentissage.

Plus de

0

femmes

Clinique d’information juridique

Grâce à une équipe de plus de 20 avocat.es, notaires bénévoles et étudiants pro-bono, la clinique peut offrir des consultations à faible coûts. Des ateliers, conférences, assermentation de documents et accompagnements complètent les services offerts. Près de 80 % des consultations touchent le droit familial, de l’immigration, du travail et du logement.
0

enfants

de

0

familles différentes

Activités pour les familles

Depuis 2014, les activités pour les familles du centre-ville visaient à briser l’isolement des mères récemment immigrées et à faciliter leur intégration à la société québécoise. 2019-2020 fut la dernière année des activités pour les familles sous leur forme actuelle.

Environ

0

femmes

0

heures

Centre de bénévolat

Plus de 30 postes bénévoles différents pour un partage d’expertise, de compétence et de temps à la fois utile et signifiant.

Quelques résultats

Aider celles qui aident

92 % des femmes qui reçoivent du soutien de notre service aux proches aidantes indiquent qu’elles se sentent mieux outillées pour faire face aux défis qu’elles rencontrent dans leur rôle de proche aidante.

74 % considèrent qu’elles ont un meilleur équilibre de vie et près de 80 % prennent mieux soin de leur santé physique.9

Témoignages

Lire la vidéo
Lire la vidéo

Qui sont-elles?

Âge

La doyenne de toutes les participantes du Y des femmes, à 83 ans, est… une proche aidante. Soulignons que la moyenne d’âge des femmes proches aidantes était de 61 ans.

Revenu annuel

57 % des femmes ayant déclaré un revenu à la clinique d’information juridique gagnaient moins de 15 000 $ par année.

Citoyenneté et statut migratoire

Issues de l'immigration

Ensemble des services à la collectivité

0 %

Services aux familles

0 %

Être présentes quand la pandémie affecte les plus vulnérables

Si les services de bénévolat et les activités de développement personnel, santé et bien-être ont dû être complètement interrompus, les liens avec les familles, le soutien aux proches aidantes et la clinique d’information juridique, pour leur part, ont rapidement été transformés pour maintenir un accompagnement adéquat et répondre à des appels à l’aide urgents concernant le travail, le logement et l’immigration, entre autres. Il était primordial de soutenir les proches aidantes épuisées qui ne recevaient plus l’aide habituelle à domicile, qui ne pouvaient plus aller visiter leurs proches ou qui avaient vécu des deuils précoces sans pouvoir dire adieu correctement.

Pour toutes ces femmes, nous avons développé des services à distance – téléphonique, courriel, visioconférence individuelle ou en groupe, etc. Si, à maintes reprises, nous avons aussi fait office de guides technologiques pour accompagner les femmes dans ce virage virtuel, ce fut extrêmement gratifiant de pouvoir maintenir les liens d’entraide et de solidarité.